L'orgue de La Roche-en-Ardenne

Historique

Conçu et construit en 1978 par la manufacture d’orgue Oberlinger, l’orgue de La Roche-en-Ardenne vient de l’église saint-Lambert d’Erkelenz, une petite ville allemande non loin de la frontière belge. Il est entièrement mécanique. Son buffet, par ailleurs majestueux, original et rare est l’œuvre d’un architecte.

Il est apparu assez rapidement que cet orgue était inadapté à l’église d’Erkelenz, en raison, tout d’abord, de grandes variations de température qui l’empêchait de déployer toute l’ampleur de ses ressources sonores. Ensuite, orienté plein sud, devant un immense vitrail, l’accord était fragile et sans cesse déréglé. Les responsables décidèrent donc de sa vente pour le remplacer par un nouvel orgue qui serait placé au fond de la nef centrale. Ils publièrent donc un avis de vente sur la toile. Repéré par l’organiste titulaire de La Roche, Arnaud Hubert et par son père Paul Hubert, le doyen de La Roche, Pascal Roger, et le doyen de Charleroi, Luc Lysy furent informés sans tarder. C’est donc ensemble qu’ils firent, quelques jours plus tard, le voyage vers Erkelenz.

Le but du voyage était de se rendre compte de l’état de l’orgue, de prendre des mesures et de vérifier qu’il pouvait prendre place à l’endroit prévu dans l’église de La Roche. Vérification faite, l’orgue était en bon état et convenait parfaitement. A l’écoute des premières notes, chacun put juger de sa qualité sonore. Tous étaient sous le charme de ce magnifique instrument. Finalement, la décision fut prise de l’acquérir pour la somme de 120 000 euros. L’aventure pouvait commencer. L’important chantier du démontage, du transport, du remontage et de l’accord fut confié au facteur d’orgue belge, Pieter Vanhaeke.

L’orgue dans l’église de La Roche

Tous les problèmes acoustiques que l’orgue avait rencontrés dans l’église d’Erkelenz ne se sont pas produits à La Roche grâce, sans doute, à un environnement plus favorable. De plus, le buffet s’intégrait parfaitement dans la partie gauche du transept, soit au nord de l’édifice. Sa taille autant que son style architectural s’adaptaient harmonieusement. La forme de l’instrument, épousant le dessin des deux pierres tombales fixées au fond du transept, en est un exemple frappant, presque interpellant, comme si l’orgue avait été conçu pour être dressé à cet endroit.

Le fait que l’instrument soit posé au sol permet de multiples avantages. D’une part, on peut apprécier visuellement le jeu de l’organiste en concert et, d’autre part, bénéficier de la place nécessaire à un ensemble instrumental ou vocal, qu’il s’agisse d’un petit ensemble de musique de chambre ou d’un grand orchestre symphonique.

Découvrez l'église de La Roche

L’orgue de concert

L’orgue de La Roche possède 49 registres répartis sur trois claviers et un pédalier. Il fait 12 mètres de haut, pèse 14 tonnes et 4.300 tuyaux. Il est, aujourd’hui, un des plus imposants instruments de Wallonie. Le clavier principal (grand orgue), au sommet du buffet, est conçu dans le style néobaroque allemand. Le second clavier (placé dans une boîte d’expression, elle-même située au centre du buffet) propose des couleurs semblables à celles des orgues français des 19ème et 20ème siècles. C’est la raison pour laquelle les noms des registres sont mentionnés en français et non en allemand. Le dernier clavier est, quant à lui, un pectoral, c’est-à-dire qu’il se situe à hauteur de la poitrine de l’organiste, juste au-dessus de la console.  Ce petit clavier est à lui seul un petit instrument. En effet, sa mécanique légère et ses attaques très précises font de lui un « gros orgue positif », parfaitement adapté à la musique de chambre ou encore au dialogue avec le grand orgue.

Pour terminer, la pédale, divisée en deux sommiers (l’un au niveau du pectoral et l’autre dans les deux tourelles latérales) possède une palette riche de couleurs. Elle est capable de soutenir un grand plein-jeu sans tirasse grâce à ses anches ou ses mixtures (marque de fabrique du style baroque allemand). Elle peut aussi proposer un solo avec ses jeux de détails.

Ce qui  ajoute encore plus au caractère exceptionnel de cet instrument ; ce sont les trois jeux disponibles grâce à l’appel du « Spanish Werk », autrement dit, du clavier Espagnol. Il s’agit des trompettes en chamade (tuyaux horizontaux), de la trompette espagnole de 16 pieds et du grand cornet.

Le charme de l’ensemble réside surtout dans le regroupement de toutes ces couleurs et esthétiques différentes. Le résultat est alors tout-à-fait homogène et rend cet orgue unique. Il est un très bon équilibre entre diversité et authenticité. Il permet de jouer la quasi-totalité du répertoire pour orgue tout en conservant un caractère esthétique prononcé.

L’orgue liturgique

Les sonorités de l’orgue conviennent parfaitement aux offices religieux. En effet, le plein-jeu, très riche, donne une nouvelle dimension aux grandes processions solennelles. En outre, ses jeux de fond, très larges, suscitent et soutiennent le chant de l’assemblée. Les bourdons et les flûtes délicates accompagnent les différents solistes, tandis que les voix célestes et les gambes incitent au recueillement.
Vu le nombre infini de combinaisons et de couleurs, cet orgue est également un instrument approprié à l’art de l’improvisation,. De plus, il permet évidemment à l’organiste d’interpréter tout le grand répertoire liturgique, qu’il soit instrumental (pièces pour orgue composées sur des thèmes religieux destinés à des temps liturgiques bien précis) ou vocal (chant de l’assemblée, psaumes, chant-choral).

En conclusion, ce nouvel orgue apparaît comme un instrument de qualité capable d’éveiller à la beauté et d’élever le cœur et l’âme !

Composition de l’orgue Oberlinger

I . Schwellwerk (récit expressif)

Bourdon 8’
Flûte harmonique 8’
Salicional 8’
Voix céleste 8’
Montre 4’
Flûte octaviante 4’
Nasard 2 2/3’
Quarte de Nasard 2’
Tierce 1 3/5’
Fourniture  4-6 r.
Basson 16’
Hautbois 8’
Trompette harm. 8’
Tremblant

II . Hauptwerk (grand orgue)

Gemshorn 16’ (bourdon)
Principal 8’
V. de Gambe 8’
Hohlpfeif 8’ (flûte)
Flauto 4’
Octav 4’
Quint 2 2/3’
Superoctav 2’
Mixtura minor 4-6 r.
Mixtura major 4r.
Trompette 8’
Trompetta magna 16’
Trompeta 8’ (chamade)
Cornett 4r.
Tremblant

III. Brustwerk (pectoral)

Bleigedackt 8’ (bourdon)
Quintade 8’ (quintaton)
Principal 4’
Koppelflöte 4’ (flûte)
Octav 2’
Quinte 1 1/3’
Sifflöte 1’
Sesquialtera 2r.
Scharff 4r. (cymbale)
Krummhorn 8’ (cromorne)
Vox humana 8 (voix humaine)’
Tremblant

Pedal (pédale)

Principalbass 16’
Soubass 16’
Quintbass 10 2/3’ 
Octavbass 8’
Pommer 8’
Praestant 4’
Rohrpfeife 2’ (flute)
Hintersatz 6r. (mixture)
Posaune 16’
Trompete 8’
Schalmey 4’ (chalumeau)

Accessoires

P/I
P/II
P/III
I/II
I/III
II/III
appel Spanishes Werk

 


© 2017 - Les Orgues de l'Ourthe